Partagez|

Les prophéties - La jeunesse d'Ephialtès (3/3) // Alessandro♪

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas






avatar
MESSAGES : 745
AGE : 20


MessageSujet: Les prophéties - La jeunesse d'Ephialtès (3/3) // Alessandro♪
Dim 5 Aoû - 14:19

LA JEUNESSE D'EPHIALTES
Par Apple le prophète, ou Ephialtès II le Jeune.

Il est né dans un berceau d'amour. Il était aimé par Morpheus, il était sa perle, son petit trésor. Avant d'être ce tyran que nous connaissons tous, haï par vous tous, il était un petit enfant, sans défense. Comme nous l'avons tous été, même vous, originels. Votre âme a été enfant, même si votre corps ne l'a jamais montré.
Morpheus lui donna la vie un beau soir d'été. Bercée par la chaleur et le doux son des grillons, une jolie perle noire et légère atterrit sur le sol, aux pieds du bon roi. De cette perle sortit un jeune garçon aux grands yeux clairs et aux cheveux noirs. Il regardait Morpheus et il comprenait. Il comprenait qu'en tant que fils du roi, il se devait de rendre son père fier. Morpheus lui donna un nom, un royaume et des sujets, le petit garçon était tellement heureux de recevoir de si beaux cadeaux. Et dès qu'il vit les lettres de son prénom, il se dit qu'il les chérirait jusqu'à sa mort. Un e, un p, un h... Et vous connaissez la suite. C'est ainsi que naquit Ephialtès.
Le petit garçon n'aimait pas jouer au roi. Il préférait passer du temps avec son père, le meilleur papa du monde. Il lui apprenait à faire des avions en papier, lui donnait de la batbarbe à papa et jouait à la bataille avec lui. Dans son petit cœur d'enfant, il se disait qu'il épouserait son papa, que toujours ils seraient ensemble et qu'il le protègerait jusqu'au bout. Mais il savait bien que rien ni personne ne pouvait vaincre son père. Alors, silencieux, il restait à ses côtés et il le regardait. Souvent, il coiffait ses cheveux, il mettait tout son amour dedans, et c'est pour cela que les cheveux de Morpheus brillait tant, car personne d'autre ne l'aimait autant que son propre fils.
Mais, à mesure qu'il grandissait, le petit garçon ne comprenait pas toutes les choses de ce monde. Son royaume n'était qu'un vaste terrain de jeu, et pourtant, on lui demandait de remplir des fonctions, de donner des ordres. Alors, comme il avait peur de ces choses qu'il ne comprenait pas, il allait se réfugier chez son papa. Pourquoi toutes ces personnes lui demandaient de faire du mal ? Le petit garçon ne voulait pas faire de mal. Il voulait dormir avec son papa dans le grand lit de nuages, avec son pyjama avec un poussin et, serré contre son cœur, le joli cumulus doré que lui avait offert Morpheus. Et il dormait dans ses bras, il s'endormait toujours d'un coup et allait se balader dans de grandes plaines remplies de fleurs, dans ses rêves, ses doux rêves.
Dès qu'il perdait la douce lumière de son père, il sombrait dans de vilains cauchemars dont il ne pouvait se débarrasser. De vilains cauchemars qui rampaient, s'infiltraient dans les murs, écoutaient aux portes. Et ils riaient, ils riaient. Parce qu'il n'était qu'un petit garçon qui ne comprenait pas toutes les choses de ce monde.
Un jour, il eut le courage de demander à son père :

« Papa, pourquoi les gens veulent-ils que je sois méchant ? C'est parce que je suis un cauchemar ? »

« Ephialtès, tes sujets ne veulent pas que tu sois méchant, car les cauchemars ne sont pas méchants. Ils sont une partie de nous, sans cauchemar, nous ne pouvons développer de peurs, d'angoisses. Toutes sortes de sentiments qui permettent aux hommes de s'épanouir. »

« Mais que dois-je faire pour leur faire plaisir ? »

« Fais ce que tu désires, tu es leur roi. Ils t'aiment, ils t'écouteront. Je sais que tu prendras toujours la bonne décision, comme je te l'ai appris. »

Comme toujours, les paroles de son père étaient sages. Alors, le petit garçon dit à ses sujets de laisser le rêve faire partie d'eux, pour qu'ils soient plus heureux. Mais les sujets ne l'écoutèrent pas, ils avaient envie de vengeance. Mais le petit garçon ne comprenait pas ce qu'était la vengeance. Parce que jamais il n'avait pensé à se venger. Mais il n'osait pas demander à son père, de peur que lui aussi ne connaisse pas la vengeance. Il avait peur de le voir faible, de le voir tomber du piédestal sur lequel il l'avait posé.
Alors il se tut. Et il attendit. Il passait de plus en plus de temps loin de son papa, parce qu'il devait s'occuper de son royaume. Il y avait tellement de choses qu'ils ne comprenaient pas. Tellement de choses qu'ils ne connaissaient pas. Qu'est-ce qu'étaient la luxure ou l'orgueil ? Le crime ? Il ne savait pas, mais au fond de lui, il se disait qu'il ne voulait pas savoir. Alors il régnait silencieusement. Grandissant, s'éloignant de son père et demeurant seul.


______


Le petit garçon avait bien grandi. Il était devenu grand et fort mais il n'arrivait toujours pas à rendre ses sujets heureux. Alors il cherchait, il cherchait. Il n'osait plus voir son père, lui demander des conseils, parce qu'il ne voulait pas paraître faible. Il ne voulait pas lui faire honte. Alors il cherchait, il cherchait. Mais ne trouvait jamais. Et tout bascula.
Il était en train de regarder les vieux dessins qu'ils avaient fait de son papa, étant enfant. Des dessins tout difforme, des dessins colorés, des dessins qui lui rappelaient tant de souvenirs. Et sur un des dessins, il aperçut deux formes noires qu'il n'avait jamais vu auparavant. Deux yeux apparurent dans les tâches. Le petit garçon tomba en arrière de surprise. Nous pouvons t'aider. Nous allons te rendre heureux. Viens. Allez viens. Regarde tout ce qu'on peut faire. Et tous les dessins s'animèrent, Morpheus qui dansait, Morpheus heureux, lui et Morpheus qui cueillaient des fleurs. Tellement de choses magnifiques.
Il accepta. Et les deux tâches sombres vinrent se poser autour de son cou, puis vers sa nuque, avant de s'attacher au bas de ses joues. Elles étaient si douces. Elle ne pouvaient qu'apporter que des bonnes choses. Mais très vite. Elles lui montrèrent toutes les horreurs. La luxure (surtout surtout la luxure)(avec moi), l'orgueil, le crime, la vengeance. Et Ephialtès voulut se venger. Pour savoir ce que c'était. Mais le petit garçon ne voulait pas faire de mal à son papa.
Malgré tout, il voulait le voir. Il voulait le revoir. Mais il attendit. Il résolut tous les problèmes de ses sujets, par la violence et la tyrannie, parce que ses sujets ne semblaient comprendre que ce langage. Alors il décida d'aller voir Morpheus. Et sur le chemin, il entendit toute la haine qu'avait ses sujets pour Morpheus. Alors, le petit garçon les punit. Car on ne pouvait pas détester Morpheus.
Et il revit Morpheus, fier d'avoir pu aider ses sujets. Et Morpheus était aussi fier de lui, parce qu'il ne savait pas encore ce qu'était devenu son fils.

« Cela fait longtemps. Morpheus. »

« Tu a profité de mon absence pour grandir et devenir encore plus beau qu'avant ? »

Morpheus lui caressa la barbe du bout des doigts, amusé. Il n'aurait jamais cru voir son petit garçon devenir aussi imposant. Et Ephialtès se rendit compte de son erreur. Parce qu'il savait ce qu'était la luxure (avec moimoimoi), et aimait Morpheus. Alors il décida de ne plus voir son papa. Mais il fallait le protéger. Il fallait le protéger de tous ces sujets qu'il ne pourrait pas punir, de tous ceux qui étaient une menace pour son père.
Et il était seul, et triste. Mais il avait un but : protéger son papa. Alors il le protégeait, de tous ceux qui voulaient se venger. Même s'il devait y laisser sa pitié, son innocence, sa réputation. Même s'il devait être détesté de tous. Il le protègerait.
Il n'y avait qu'un moyen de le protéger. L'emmener vers un endroit où personne ne pourrait venir lui faire de mal. La mort.

« Je comprends, c'est pour mon bien. »

Voilà ce qu'il aurait du répondre.


______


Il était venu le trouver dans sa chambre.

« Bonjour, Morpheus. »

Le roi, surpris, lui adressa un grand sourire.

« Ephialtès, quelle joie de te revoir. »

Ephialtès affichait une mine sombre, il ne souriait pas, il ne riait même pas. Car c'était un jour de deuil et il était triste, détruit. Et il était la cause de son malheur. Ces boucles blondes, il ne les reverrait plus jamais, tout comme son sourire, sa tendresse et cette aura bienfaitrice qui l'entourait en permanence. Mais il devait être le coupable. Il voulait que tout le monde le déteste. Plus personne n'en voudrait à Morpheus, il passerait pour une victime, il reposera en paix. Alors, Ephialtès commença à marcher le long de la large pièce, à faire les cent pas en tournant autour de Morpheus.

« Tu vois Morpheus, il y a des choses qui m'empêchent d'avancer en tant que roi. Et tu fais partie de ces choses. Tu es un obstacle. Et, tu t'en doutes bien, je ne tolèrerais pas qu'on m'arrête dans mon ascension. »

Il marque une pause, les mots dans sa bouche sont tellement amers qu'ils lui brûlent la langue.

« Et, si je veux devenir un roi assez bon pour tous mes sujets, mon immense royaume, il faut que je fasse abstraction de ces obstacles. Une abstraction totale. »

Un sourire.

« Avec toi en vie, je ne pourrais jamais t'oublier pour devenir un meilleur roi. »

Ephialtès ne lui manquera pas de toute façon. Ephialtès ne manquera jamais à personne, parce que tout le monde le hait désormais. Et c'était son but, d'être haï de tous, même s'il veut juste être aimé de ses sujets. Malheureusement, c'est impossible pour un roi comme lui.
Morpheus est mort.


ET SI ALESSANDRO N'ETAIT PAS PARTI ...?
Par Adriano Ercole avec la voix sexy d'Alessandro en narrateur.

« Reste avec moi. Ne pars pas. »

C'était direct. C'était clair et. Anormal. Je m'attendais à ce qu'il ne s'oppose pas à cette décision. A ce qu'il se laisse faire. Mais, c'était juste ce que je voulais. Qu'il dise ce qu'il pense vraiment, qu'il me dise qu'il m'aime. Qu'il dise ces choses qu'on dit aux gens à qui l'on tient. Il n'osait jamais me les dire, même au creux de l'oreille. Je n'aurais pu pas l'entendre que cela m'aurait suffi.
Nous avions déménagé, nous habitions ensemble. Cela faisait déjà deux ans. Je ne m'en étais pas rendu compte. Avec Adriano, le temps passait tellement vite qu'on ne se sentait pas vieillir. Sûrement trop vite.
Peu importait notre véritable âge, nous avions toujours 16 ans, comme nous aimions nous en vanter.
Tout était calme, tranquille, paisible. Magique. Comme un long rêve sans fin. Mais, tout bascula ce jour-là. Quand il eut un accident. Rien de bien grave. Etait-il toujours le même ? Il était encore plus bizarre que d'habitude.

« Tu te souviens toi de tes anciens amours ? »

La question m'avait surpris. Elle était tranchante, mais n'avait pourtant rien de méchant derrière. Aucune jalousie, aucune suspicion. Juste, de l'innocence. Comme à son habitude. Il se contentait d'observer le monde silencieusement, d'en bas, comme un enfant, parsemant sa route d'éclats de rire et de grands sourires.
Et je lui répondis que oui.

« C'est parce que tu as le cœur assez grand pour aimer tous ces gens. »

Il soupira. Il paraissait tellement triste, bien que son visage essayait de dire autre chose. Le petit chat que je dessinais sur son plâtre lui redonnait quand même un peu de joie. Mais même.
Quelques jours plus tard, il rentra très énervé du supermarché. Ou plutôt était-il agacé. En fait. Il semblait stressé. Il m'avait donné une vague explication, comme quoi l'adolescent qui l'avait fait tombé dans les escaliers du métro l'avait reconnu et essayait de s'excuser en le poursuivant. Mais tout était très confus. Il ne semblait vraiment pas l'aimer. Ce n'est pas pour autant que, deux jours plus tard, je retrouvais ce même adolescent dans le salon en train de jouer avec Adriano.
Non pas que cela m'ait rendu jaloux, ou quoi que ce soit. Adriano avait l'habitude de ramener des amis jouer à la console. Mais comment des parents sensés auraient laissé leur enfant de onze ans partir chez quelqu'un qui avait presque deux fois son âge ? C'était. bizarre.
J'avoue, j'étais peut-être un peu en colère. Voir une tête blonde dont on a entendu du mal, être invité chez soi par la même personne qui a dit du mal de lui. C'était.
Quand Adriano me vit arriver dans le salon, il me fit un grand sourire et j'oubliai instantanément pourquoi je lui en voulais.

« Alessssssssssandrrrrrro~♪ »

C'était si rare qu'il m'appelle comme ça, alors je devais encore plus profiter de ces brefs moments de douceur et les chérir en oubliant tout le reste. Mais comme toutes les amitiés, celle-ci a pris fin un doux jour de printemps. Je ne m'en plains pas.
La deuxième nuisance, si on peut l'appeler ainsi, fut un petit merdeux qu'Adriano avait rencontré je-ne-sais-où. Et ce qui me mettait hors de moi c'est qu'Adriano essaie de changer sa façon d'être pour lui. C'était moi qu'il aimait, pas l'autre là. En plus, il était tellement jeune. Et, sans faire exprès, je lui ai dit quelque chose de si affreux. Je m'approchais de lui :

« Pourquoi tu fais attention à ton apparence ? Je t'aime comme tu es moi. »

Tellement affreux.

« J'ai pas le droit de me soucier de ça un peu ? »

C'était affreusement affreux :

« Je vois pas pourquoi tu te soucierais maintenant de ça après être passé pour un alien pendant presque trente ans! »

Il ne dit rien. Il me regardait avec un air surpris. Puis il se leva.

« L'alien va voir ses amis extraterrestres. »

Je n'osais même pas le retenir. J'étais tellement désolé. Mais je n'avais aucun moyen de me faire pardonner, c'était sorti sans que je ne le veuille. Je n'avais pas réfléchi. Le soir, il m'avait déjà pardonné. Ce n'est pas pourtant qu'il était apaisé. Il demeurait triste. Angoissé. Il dormait mal, il avait l'air encore plus fatigué que d'habitude. Toute sa personne était triste.
Et cet ami. Il était toujours ami avec lui. Et chaque que je voyais cet ami, je voyais bien qu'il n'était qu'une sorte de détraqué sexuel précoce, rien de plus. Cet ami attendait la moindre occasion pour se jeter sur Adriano. Mais je le surveillais. De loin. D'un peu trop loin. Et je ne pus empêcher cette étreinte et ce baiser dans le cou. Il l'avait embrassé. Devant moi. Mais mon Adriano n'eut pas besoin de mon aide pour se débarrasser de ce parasite. Parfois, j'avais l'impression qu'il regrettait ce qu'il avait fait. Non non, pas l'avoir embrassé, l'avoir repoussé. Enfin, c'est ce que j'ai cru comprendre quand il a dit :

« Il y a des fois où je regrette tellement d'avoir rendu tous ces gens tristes. »

Avouez, le message était clair. J'essayai de rester calme.

« Peut-être. Que... Euh. Tu pourrais essayer de... changer le passé ? »

« Qui sait si on ne peut pas avoir pire que ce qu'on a déjà ? »

Ce n'était pas une mauvaise question. Mais il parlait de cet ami, évidemment ? Il regrettait de ne pas être parti avec lui ? Vous savez quoi ? Moi je regrette d'avoir pensé ça de lui.
C'était une belle journée d'été. Les criquets chantaient, le soleil tapait. C'était juste une journée habituelle dans la ville de notre enfance. Et nous étions en train de nous promener dans un parc. Un joli parc. Adriano avait tellement vieilli. Il n'arrêtait pas de rester collé à moi. Il avait peur. Et il n'avait aucune raison d'avoir peur. A ma connaissance. Quand il vit passer une jeune femme avec ses courses.
Il me prit les mains et me dit d'un air triste :

« Je m'apprête à faire une grosse bêtise. Une très grosse. Mais vit pour moi. Et soit heureux. Pour moi. »

Bien qu'il souriait, ses grands yeux dorés brillaient, il avait ce sourire des gens malades, de ceux qui se savaient condamné. Il me serra dans ses bras en chuchotant :

« On paie deux fois plus les erreurs qu'on aimerait corriger. Mais je t'aimerais toujours. »

Je ne comprenais pas. Je ne comprenais pas du tout. Il s'éloignait de moi. Je voulais le rattraper. Il était déjà près de cette fille. Elle avait fait tombé ses courses sur la route.

« VIOLA! »

Elle fut surprise. Adriano la poussa au dernier moment pour rouler à sa place sur le capot de la voiture qui passait à ce moment-là.

______

« Alessandro. Veux-tu te réveiller ou rester ? »

« Faites-moi tout oublier. »


apple.



+:
 


Dernière édition par Apple le Sam 5 Jan - 15:41, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les prophéties - La jeunesse d'Ephialtès (3/3) // Alessandro♪
Mar 18 Sep - 21:01

Apple, il. me. faut. la. suite. please.
Revenir en haut Aller en bas






avatar
MESSAGES : 2190
AGE : 24


MessageSujet: Re: Les prophéties - La jeunesse d'Ephialtès (3/3) // Alessandro♪
Mar 18 Sep - 21:14

Althar Francoeur a écrit:
Apple, il. me. faut. la. suite. please.




You were made to be ruled. In the end, you will always kneel.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les prophéties - La jeunesse d'Ephialtès (3/3) // Alessandro♪
Mer 19 Sep - 18:01

KYAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA
AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA
AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA
AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA
AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAh
Je meurt.
EPHYYYYYYY.
Je. vais. Pleurer si j'y repense trooop.
Apple. tu.
Je t'aime tu sais ?
Revenir en haut Aller en bas






avatar
MESSAGES : 745
AGE : 20


MessageSujet: Re: Les prophéties - La jeunesse d'Ephialtès (3/3) // Alessandro♪
Mer 19 Sep - 18:10

VOILA LA VERITE. EPHIALTES EST TOUUUT SAUF MECHAAANT.
(Ephi, je continue la propagande si tu doubles mon salaire)


apple.



+:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






avatar
MESSAGES : 211
AGE : 20


MessageSujet: Re: Les prophéties - La jeunesse d'Ephialtès (3/3) // Alessandro♪
Sam 22 Sep - 20:18

GRAOU continue Apple *v* !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






avatar
MESSAGES : 101
AGE : 23


MessageSujet: Re: Les prophéties - La jeunesse d'Ephialtès (3/3) // Alessandro♪
Mer 10 Oct - 17:44

Je... T.T
PAUVRE ALESSANDRO ! PAUVRE ADRIANO ! Je trouve ça tellement triste, mais tellement beau (oui, je l'ai déjà dit, mais je ne le répéterais jamais assez). En tout cas j'ai adoré lire ce "Et si...", si jamais tu en as l'idée n'hésite pas à en écrire d'autres 8D (bonjour je réclame l'air de rien)(avec une subtilité très relative dirons nous What a Face)

Et parlant de réclamer l'air de rien, je suis prête à te donner un morceau de mon âme pour avoir la suite de la jeunesse d'Ephy...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






avatar
MESSAGES : 211
AGE : 20


MessageSujet: Re: Les prophéties - La jeunesse d'Ephialtès (3/3) // Alessandro♪
Jeu 11 Oct - 6:57

    Je suis prête à donner des mèches de cheveux d'Anasthase pour la suite de la jeunesse d'Ephy :suicide: /o/


    C'est trop triste ;v; même si je comprend pas très bien ce que le "VIOLA" fait en plein milieu, c'est un prénom ? xD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






avatar
MESSAGES : 745
AGE : 20


MessageSujet: Re: Les prophéties - La jeunesse d'Ephialtès (3/3) // Alessandro♪
Jeu 11 Oct - 17:02

Bien sûr que c'est un prénom. XD C'est l'équivalent de Violette en italien. 8D ♥


apple.



+:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






avatar
MESSAGES : 199
AGE : 21


MessageSujet: Re: Les prophéties - La jeunesse d'Ephialtès (3/3) // Alessandro♪
Sam 5 Jan - 22:12

JE POSTE POUR UP ET PRECISER QUE LA P3 EST SORTIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII
IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII
/respire/
IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII
IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII
/meurtparmanqued'air.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






avatar
MESSAGES : 206
AGE : 22


MessageSujet: Re: Les prophéties - La jeunesse d'Ephialtès (3/3) // Alessandro♪
Dim 6 Jan - 1:06

ET JE POSTE POUR PRECISER QUE C'EST GENIAL ;AAAAAA;
GNIIIIIH SDHJKHSFJHDJKHSD ♥



Singing it's silent. Song if misery. A monster lies trapped in its own Nightmare. "He" is a tyrant. It lets out a plea.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Les prophéties - La jeunesse d'Ephialtès (3/3) // Alessandro♪

Revenir en haut Aller en bas

Les prophéties - La jeunesse d'Ephialtès (3/3) // Alessandro♪

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
« SLUMBERLAND » :: Epilogue :: Palette artistique-
Si vous avez un problème avec l'univers ou que vous avez une question, n'hésitez pas à consulter le Lexique, et à poser votre question dans la F.A.Q si elle n'y est pas déjà.
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit